Tout savoir sur l’abandon de poste

Dans cet article, on va porter particulièrement notre attention sur l’abandon des emplois en entreprise. Dans le droit du travail, la question du licenciement est la plus fréquemment mentionnée. Cependant, ce n’est pas la seule façon de d’obtempérer pour la rupture d’un contrat de travail. Effectivement, la nature de la synergie du contrat découle des droits et obligations réciproques des parties. C’est pourquoi l’employeur et le salarié peuvent résilier volontairement le contrat. La résiliation des contrats de travail par les salariés présente parfois un schéma plus vague. C’est le cas si vous n’avez pas quitté l’entreprise correctement. Autrement dit, lorsque cela se produit sans lettre de résiliation ni avis. De là découle ce qu’on appelle « l’abandon de poste ».

Qu’emporte un abandon de poste ?

Sans la présence d’une volonté claire de démissionner, l’abandon de poste peut permettre à l’employeur d’observer des mesures disciplinaires. Il peut ensuite l’approuver en mettant en place une procédure de licenciement. Le département des affaires sociales de la Cour suprême d’appel préconise la voie du licenciement, qui est institutionnalisée car elle est verrouillée dans des délais et des procédures spécifiques, plutôt que des délais et des procédures de démission des employés, et sa définition est beaucoup moins claire. Par conséquent, l’employeur est libre de licencier l’emploi pour des raisons réelles et sérieuses. Ensuite, il est nécessaire de suivre la procédure disciplinaire prescrite par la loi, qui stipule :

  • Inviter les employés à mener des entretiens préliminaires sous forme de courrier recommandé, et indiquer la réception ou la livraison en main propre
  • Organiser des entretiens préliminaires de licenciement dans un délai de cinq jours ouvrés tout en respectant pleinement les droits des salariés. Il doit donc être autorisé à présenter ses arguments et être assisté par des représentants du personnel ;
  • Laisser passer la période de réflexion de deux jours ;
  • Mettre au courant de son licenciement au salarié.

Le salarié ne percevra aucune rémunération ni indemnité de chômage tant que l’employeur ne le licencie pas effectivement après sa démission.

 

La manifestation de l’abandon de poste ?

La performance de l’abandon se présente notamment comme suit :

  • L’employé est absent pendant les heures de travail. Sur une base temporaire ou échelonnée sur quelques jours, de telles absences sont non autorisées ou injustifiées par l’employeur ;
  • L’employé est parti prématurément ou de manière déraisonnable.

L’abandon de poste ainsi que la prise d’initiative du salarié

Dans le sens où le salarié n’apparaît plus ou quitte soudainement le poste, la résiliation du contrat de travail et la confirmation de l’abandon du poste sont similaires. Cependant, ces deux concepts diffèrent en termes de procédures et de conséquences pour les employeurs et les salariés. Une prise d’acte est une méthode de résiliation d’un contrat de travail, généralement utilisée lorsqu’un employé estime que son employeur a violé ses obligations contractuelles.

Par exemple, il s’agit de discrimination, de non-paiement des salaires ou de harcèlement. Cela a conduit à un mécontentement de l’employeur, qui a ensuite été transmis au Comité du travail.

Si un juge prudent légalise la rupture de contrat, l’employeur sera tenu de payer le salarié :

  • Une indemnité de licenciement
  • Des frais d’avis
  • Une allocation de vacances payée
  • Une compensation pour licenciement abusif.

Par ailleurs, il est important de savoir que face à de tels risques, si vous êtes un employeur, vous devez être prudent. Avant d’entamer une procédure disciplinaire, veuillez vérifier si l’absence de l’employé est raisonnable, s’il risque un abandon de travail, etc.

Si vous souhaitez en savoir plus, veuillez visiter notre site.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *